Températures Mondiales

Nouveau record en 2015

Comme prévu, l'année 2015 a battu un nouveau record de températures juste après le record de 2014. En cause : le réchauffement climatique, structurel, couplé à un fort El-Nino (conjoncturel). Ce phénomène périodique accentue le réchauffement pendant une période comprise entre un an et deux ans. Il avait déjà contribué au record très marqué de 1998. Ce dernier avait fait dire aux climatosceptiques "les températures baissent depuis 1998" puis "les températures n'augmentent plus depuis 1998". Force est de constater que ces températures continuent d'augmenter, mais avec des fluctuations annuelles qui correspondent pour une bonne part à l'alternance El-nino/El-nina.

 

Les quatre agences qui calculent les températures mondiales montrent que l'augmentation des températures est supérieure à 1 degré en 2015 par rapport aux températures pré-industrielles : 1,15 (NOAA), 1,06 (Hadley Center), 1,01 (UAH), 1,10 (GISS). En moyenne décennale, l'augmentation est de 0,91 (NOAA), 0,83 (Hadley Center), 0,87 (UAH), 0,92 (GISS). Les 5 derniers records de températures depuis les premières mesures sont tous postérieurs à l'année 2000 : 2015, 2014, 2010, 2013, 2005 et 2009 pour trois de ces agences. Seule l'UAH ne fait pas des deux dernières années un record, mais on s'en rapporche.

Lire la suite : Températures Mondiales

La fonte du Kilimandjaro n’est probablement pas attribuable au réchauffement climatique

 
Fonte glace kilimandjaro Selon Kaser, la fonte en forme de lames de couteaux et de murs verticaux du glacier du sommet du Kilimandjaro est le signe d'une fonte par sublimation, avec des températures inférieures à zéro. Elle serait due à un asséchement de l'Afrique depuis la fin du XIXe, et non au réchauffement climatique. Ce qui n'enlève rien à la réalité du réchauffement climatique. In Kaser et al, 2004

... ce qui ne remet pas en cause la réalité du réchauffement anthropique.

D’après les travaux scientifiques récents, la fonte passée et future des fameux glaciers n’est probablement pas attribuable principalement au réchauffement ; en tout cas, un tel lien n’est pas démontré. Il serait même possible qu’un réchauffement plus marqué puisse sauver ces glaciers, s’il se traduit par plus de précipitations, selon Georg Kaser. Ce qui n’est pas à souhaiter, bien sûr.

Lire la suite : La fonte du Kilimandjaro n’est probablement pas attribuable au réchauffement climatique